La technologie derrière la cryptomonnaie peut aussi améliorer les paiements !

Un nouveau type de plateforme multilatérale pourrait améliorer les paiements transfrontaliers, en mettant les innovations technologiques au service d’objectifs de politique publique.

Les cryptomonnaies ont été plus une déception qu’une révolution pour de nombreux utilisateurs, et des organismes mondiaux comme le FMI et le Conseil de stabilité financière exhortent à une réglementation plus stricte. Cependant, certaines des technologies en évolution rapide qui sous-tendent les cryptomonnaies pourraient en fin de compte être plus prometteuses. Le secteur privé ne cesse d’innover et de personnaliser les services financiers. Mais le secteur public devrait lui aussi tirer parti de la technologie pour moderniser son infrastructure de paiement et garantir l’interopérabilité, la sécurité et l’efficacité de la finance numérique : une plateforme d’échange et de contrats multidevises basée sur le cours du bitcoin. D’autres avancent également des points de vue similaires.

La technologie a pris de l’avance

Les nouvelles technologies de paiement comprennent la tokenisation, le chiffrement et la programmabilité :

La tokenisation consiste à représenter les droits de propriété d’un actif, tel que l’argent, sur un grand livre électronique – une base de données détenue par tous les participants au marché, optimisée pour être largement accessible, synchronisée, facilement actualisable et infalsifiable. L’anonymat des soldes et des transactions de jetons n’est pas exigé (et nuit en fait à l’intégrité financière).

Le chiffrement permet de dissocier les vérifications de conformité des transactions, de sorte que seules les parties autorisées accèdent aux informations sensibles. Cela facilite la transparence tout en favorisant la confiance.

La programmabilité permet de rédiger plus facilement des contrats financiers et de les exécuter automatiquement, comme avec les « contrats intelligents », sans dépendre d’un tiers de confiance.

Le rôle des banques centrales

Les cryptomonnaies des banques centrales peuvent être utiles en raison de leur double nature d’instrument monétaire – réserve de valeur et moyen de paiement – mais aussi d’infrastructure essentielle à la compensation et au règlement des transactions. Les discussions politiques se sont principalement concentrées sur le premier aspect, mais nous pensons que le second devrait recevoir autant d’attention.

En tant qu’instrument monétaire, la CBDC est un fournisseur de sécurité ; elle atténue les risques de contrepartie et fournit des liquidités pour les paiements. Mais en tant qu’infrastructure, la CBDC pourrait apporter l’interopérabilité et l’efficacité parmi les réseaux privés de monnaie numérique et même d’actifs.

Les paiements pourraient être effectués d’une monnaie privée à une autre, par l’intermédiaire du grand livre ou de la plateforme de la CBDC. L’argent pourrait être bloqué sur la plateforme CBDC, puis libéré lorsque certaines conditions sont remplies, par exemple lorsqu’un actif tokenisé est reçu. La plateforme CBDC pourrait également offrir un langage de programmation de base pour garantir que les contrats intelligents sont fiables et compatibles les uns avec les autres. Cela aussi deviendra un bien public dans le monde numérique de demain.

Paiements transfrontaliers

La même vision s’applique aux paiements transfrontaliers, bien que la gouvernance devienne plus compliquée (un sujet important que nous laisserons pour une autre fois). Une plateforme publique pourrait permettre aux banques et autres institutions financières réglementées d’échanger des représentations numériques des réserves des banques centrales nationales à travers les frontières.

Les participants pourraient échanger des cryptomonnaies de banque centrale sûres sans être formellement réglementés par chaque banque centrale, ni nécessiter de changements majeurs dans les systèmes de paiement nationaux.

Là encore, les exigences des transactions ne se limitent pas aux mouvements de fonds. Le partage des risques, l’échange de devises, la gestion des liquidités – tout cela fait partie de l’offre.

Grâce au grand livre unique et à la programmabilité, les devises pourraient être échangées simultanément, de sorte qu’une partie ne supporte pas le risque que l’autre s’en aille. Plus généralement, il est possible de rédiger des contrats de partage des risques, les ventes aux enchères peuvent soutenir les marchés de devises peu actifs et les limites aux flux de capitaux (qui existent dans de nombreux pays) peuvent être automatisées.

Article en relation
Les derniers posts

Les tendances actuelles en matière d’écrans PC

Dans un monde où la technologie évolue à une vitesse fulgurante, les écrans pour PC ne font pas exception. Que ce soit pour le...

Nos conseils pour économiser sur votre forfait mobile

Économiser sur votre forfait mobile est une priorité pour de nombreux consommateurs aujourd'hui. Avec une multitude d'offres disponibles sur le marché, il peut être...

Les sports parfaits pour reprendre une activité physique

Après plusieurs années d’inactivité, le choix d’un sport à pratiquer pour reprendre une activité physique revêt une grande importance. En effet, dans l’optique de...