L’imprimante laser et l’imprimante à jet d’encre présentent les mêmes finalités, à savoir la reproduction de données graphiques numériques sur un support en papier. De même, le montage est tout à fait semblable.  Pour plus d’informations sur ce sujet, consultez l’article: comment installer une imprimante.

La grande différence entre ces deux types d’imprimante réside dans leurs systèmes d’impression. Chaque procédé présente ses avantages et ses inconvénients. Ces informations vous permettront d’orienter votre choix. La sélection de l’imprimante est toute aussi importante que le choix de l’ordinateur pour une entreprise.

L’imprimant à jet d’encre

L’imprimante à jet d’encre fonctionne avec un système doté de plusieurs petites buses qui projettent l’encre sur le papier. Le procédé repose sur le mécanisme de la bulle d’encre. L’encre liquide forme des bulles lorsqu’elle est chauffée. Un système de chauffage est installé au niveau de chaque petite aiguille pour chauffer l’encre, puis former une bulle qui va pousser et faire éjecter une petite quantité d’encre. Ce modèle d’imprimante fonctionne avec des cuves d’encre liquide et utilise les couleurs de base, à savoir : le noir, le jaune, le magenta et le bleu cyan.   

L’imprimante à jet d’encre présente l’avantage de fournir des impressions couleur de très bonne qualité. Cet appareil est ,de ce fait, conseillé pour ceux qui réalisent régulièrement des impressions de documents en couleur, nécessitant une qualité de reproduction nette et précise, comme les photos. Par ailleurs, très compact, ce modèle d’imprimante trouve facilement sa place sur un petit bureau ou une étagère de bureau.

La consommation élevée d’encre et le bruit occasionné pendant l’impression représentent les principaux inconvénients de l’imprimante à jet d’encre.

L’imprimante laser  

Le fonctionnement de l’imprimante laser est beaucoup plus complexe que celui de l’imprimante à jet d’encre. Ce type d’imprimante est notamment constitué de plusieurs éléments, dont : le tambour, le rouleau de charge primaire, le laser, les toners (cartouches d’encre en poudre se présentant sous la forme de rouleaux), un système de chauffage spécifique, une lame de caoutchouc et une lampe à décharge. Cela explique ses dimensions conséquentes. Un long processus de tirage qui se fait en 5 étapes se joue à l’intérieur d’une imprimante laser.

En premier lieu, le tambour se charge en électricité statique en entrant en contact avec un rouleau de charge primaire. Ensuite, le faisceau laser grave les graphiques sur le tambour en négatif, en supprimant les charges électriques. Le tambour se met, ensuite en contact avec le toner. L’encre en poudre adhère uniquement aux parties gravées par le laser. La dernière phase correspond à l’impression proprement dite. L’encre est transférée sur le papier préalablement porté à 200°C. Le chauffage attire l’encre et le fait adhérer définitivement au support. Après chaque impression, le tambour est complètement nettoyé. Le rouleau est d’abord débarrassé de tous les résidus de toner en entrant en contact avec une lame en caoutchouc avant de s’exposer à une lampe à décharge qui supprime l’électricité statique.

Malgré la complexité du processus, l’imprimante laser affiche de meilleures performances que l’imprimante à jet d’encre, à raison d’une vitesse moyenne d’impression de 15 à 18 papier par minute contre 10 papier par minute. Ce modèle d’imprimante convient, donc, pour les utilisateurs les plus pressés et notamment pour un usage dans le domaine professionnel.

L’imprimante laser est équipé de 4 toners pour les 4 couleurs de base : cyan, noir, jaune, magenta. Pour une impression en couleur, le processus se renouvelle pour chaque cartouche. Cela nuit à la qualité et notamment à la fidélité de la reproduction par rapport au fichier numérique et rallonge considérablement la durée du tirage.  L’imprimante laser n’est, donc, pas recommandé pour les impressions de documents en couleur et de photos.

D'autres actualités :