Fintech : définition

Le marché de la Fintech est en plein essor en France. Ce terme résulte de la contraction de « finance » et de « technologie ». Il englobe toutes sortes d’acteurs depuis les banques aux plateformes de financement participatif. Découvrez ci-après tout ce qu’il faut savoir sur la Fintech.

Qu’appelle-t-on la Fintech ?

La définition de la Fintech renvoie au secteur au sein duquel évoluent les entreprises qui utilisent les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) pour proposer aux consommateurs des services financiers à la fois plus efficaces et plus abordables. Ce terme est apparu dans les années 1980. Par extension, il fait référence aux entreprises qui mettent au point une technologie numérique innovante dans le but d’optimiser un service financier

La définition de la Fintech montre que ce terme s’applique le plus souvent à des start-up. Il s’agit de jeunes pousses dont l’activité est fondée sur une innovation et qui sont promises à une forte croissance, notamment si elles passent par un incubateur d’entreprise. Cela dit, les grands groupes qui œuvrent depuis toujours pour innover les services financiers peuvent aussi être considérés comme des Fintechs.

Qu'appelle-t-on la Fintech ?
buffaloboy / Shutterstock

Exemple de Fintech française : Saxo Banque

Il existe différents types de Fintechs. En voici quelques-uns :

  • Les Paytechs qui proposent des solutions visant à optimiser les paiements ;
  • Les Insurtechs dont l’activité est basée sur l’innovation dans le secteur de l’assurance ;
  • Les Regtechs dont l’activité repose sur l’innovation visant à faciliter la mise en conformité aux différentes contraintes réglementaires financières ;
  • Les roboadvisors qui fournissent des conseils en investissement et en gestion de portefeuille numérique ;
  • Les acteurs du cash management qui proposent des solutions numériques permettant de gérer les dépenses personnelles ou les flux de trésorerie d’une entreprise ;
  • Les plateformes de crowdfunding ou de crowdlending qui permettent de financer un projet grâce à la participation d’un grand nombre de personnes ;
  • Les comparateurs qui proposent des solutions permettant de comparer des produits financiers comme les comptes bancaires, les placements, les prêts, etc. ;
  • Les néobanques qui sont des établissements bancaires dématérialisés proposant des services innovants et moins chers.

La France compte de nombreuses Fintechs. Saxo banque est l’une d’entre elles. Cette filiale de la banque danoise Saxo Bank est le premier acteur à avoir proposé le trading Forex dans l’Hexagone. Elle permet également de trader des produits financiers dérivés tels que les ETF et les CFD. Saxo Banque fait partie des meilleurs brokers en France. En effet, cette Fintech donne accès à des plateformes de trading puissantes. Par ailleurs, les frais qu’elle prélève sont très faibles. En outre, elle est reconnue pour sa qualité d’exécution et la réactivité de son service client.

Exemple de Fintech française : Saxo Banque
NicoElNino / Shutterstock

Comment fonctionnent-elles ?

Aborder la définition de la Fintech implique d’en déterminer le fonctionnement. Ce type d’entreprise se spécialise dans un créneau spécifique (banque, assurance, investissement, etc.). Il a pour objectif de proposer aux clients des produits ou des services financiers numériques simples et intuitifs pour répondre à leurs besoins en matière de sécurité, de transparence et d’agilité.

Le client est au cœur des préoccupations des Fintechs. En effet, leurs actions sont constamment focalisées sur l’expérience client. C’est la raison pour laquelle elles s’efforcent de concevoir des outils faciles à comprendre et à prendre en main. Ceux-ci sont également facilement accessibles, pouvant ainsi être utilisés, quels que soient l’endroit et le moment.

Comment fonctionnent-elles ?
Black Salmon / Shutterstock

Pourquoi les banques investissent dans les Fintechs ?

En 2020, les investissements dans la Fintech se sont élevés à 105 milliards de dollars. Ce chiffre révèle une croissance exponentielle. En guise de comparaison, 19 milliards de dollars d’investissements ont été enregistrés en 2015. Les banques sont les premières à miser sur les Fintechs. Par exemple, Société Générale a racheté Boursorama tandis que le Crédit Mutuel Arkéa s’est emparé de Mangopay, de Pumpkin, et de Leetchi.

Les clients des banques aspirent désormais à des relations personnalisées qui s’appuient sur la recommandation en temps réel et sur une interface intuitive. Les Fintechs sont en mesure de répondre à ce besoin sans compter qu’elles suppriment les inconvénients des banques comme l’attente et l’aspect procédurier. De plus, elles sont capables d’allier fonctionnalités et design. Grâce à l’innovation et au savoir-faire technologique, elles rendent l’univers bancaire plus attractif.

Ces différentes raisons expliquent l’engouement des banques traditionnelles pour les Fintechs. Elles sont notamment à l’affût des start-up qui proposent des solutions pouvant leur permettre de se démarquer. La simplicité, l’inventivité et l’interactivité sont les mots d’ordre.

Image de couverture aliaksei kruhlenia / Shutterstock