Samsung Galaxy S10+ : le vaisseau amiral des portables (presque) parfait

Après avoir entendu tant de fois que les Galaxy S9 et S9+ n’étaient qu’une mise à jour ennuyeuse de la génération précédente, une autre année a passé et Samsung est monté sur scène pour présenter leur nouvelle ligne Galaxy haut de gamme. Après une semaine entière en compagnie de Galaxy S10+, je suis prêt à en parler dans tous ses aspects dans notre analyse complète.

La S10+ de samgung franchit la barre des 1000 euros

La nouvelle gamme haut de gamme de Samsung composée des Galaxy S10e, Galaxy S10 et Galaxy S10+ peut désormais être commandée à l’avance sur le site officiel du fabricant ou auprès des distributeurs agréés et des grands magasins spécialisés. Toutefois, les expéditions commenceront à arriver le vendredi 8 mars.

Quant au Galaxy S10+, son prix initial est de 1009 euros pour la version 8 Go de RAM et 128 Go de mémoire interne, 1 259 euros pour la version 8 Go de RAM et 512 Go de mémoire et enfin 1 609 euros pour la version avec 12 Go de RAM et 1 To de mémoire interne. Petite note : Les deux dernières versions indiquées ont un fond en céramique au lieu d’un boîtier en verre.

De plus, si vous réservez les Galaxy S10 et S10+ avant le 8 mars, vous recevrez les nouveaux écouteurs sans fil gratuits de la compagnie, les Galaxy Buds. La Galaxy S10e, par contre, est exclue de la promotion.

Une refonte réussie avec le Galaxy S10 et S10+

L’an dernier, les fans se sont plaints que le Galaxy S9 comme un smartphone esthétiquement ennuyeux. Toutefois, les chiffres ne mentent jamais et, malgré cela, le modèle précédent de Samsung était l’appareil haut de gamme de la société sud-coréenne avec le plus de ventes.

Mais cette fois-ci, les choses sont différentes : les nouvelles Galaxies ont été redessinées et il semble que l’entreprise de Séoul se soit attaquée aux problèmes soulevés par les utilisateurs. Ainsi, d’un seul coup, Samsung est passé de sa mise à niveau la plus “ennuyeuse” à l’excitante nouvelle série Galaxy S smartphones, juste à temps pour célébrer son dixième anniversaire.

Lorsque Samsung a décidé de redessiner ses appareils phares, elle a une fois de plus essayé d’obtenir le meilleur rapport écran/corps possible. Après tout, le Galaxy S9 montrait des cadres beaucoup plus grands que beaucoup d’autres smartphones sortis l’année dernière, principalement parce que la société sud-coréenne a complètement rejeté l’idée d’utiliser l’encoche, une stratégie linéaire et concrète que j’ai vraiment apprécié.

L’histoire se répète en 2019, mais cette fois le Galaxy S10 montre un écran qui s’étend aussi près que possible des bords extérieurs. Plus de caméras frontales dans les cadres, cette fois-ci derrière l’écran à l’intérieur de trous parfaitement découpés. J’ai trouvé cette solution très intelligente et bien meilleure que les propositions d’autres fabricants, comme la caméra coulissante ou l’encoche, sera-t-elle la meilleure ? Une question de goût, faites-moi savoir ce que vous donnez dans les commentaires !

De plus, le design du Galaxy S10 est pour le moins impressionnant, conservant une grande partie de l’identité des modèles précédents, ce qui permet de les identifier facilement à première vue. Les côtés courbés à l’avant et à l’arrière permettent toujours une meilleure prise en main et la version en céramique que j’ai pu essayer reste ferme dans la main, sans presque aucun glissement.

Si je dois faire une critique, je peux dire que je déteste l’asymétrie des deux carrés supérieurs et inférieurs, ou le fait que le bouton marche/arrêt a été placé trop haut, ce qui rend l’accès difficile. Cependant, ce n’est pas très important car vous pouvez activer l’écran en tenant le téléphone dans votre main ou en double-cliquant dessus.

Pas de meilleur affichage pour le Galaxy S10+

Comme on le sait depuis longtemps, le Galaxy S10+ montre un immense écran perforé que le géant sud-coréen appelle Infinity-O . Bien sûr, le “O” fait référence au trou (ou aux trous dans ce cas-ci) dans le coin supérieur droit de l’écran, où les deux caméras avant ont été placées. Actuellement, l’objectif de tout fabricant de smartphones est de couvrir la plupart de la face avant de leurs appareils et Samsung a dû travailler dans cette direction pour l’atteindre, pourquoi ? Parce que les écrans de Samsung sont tout simplement les meilleurs au monde, tant sur le plan visuel que technique.

L’écran de 6,4 pouces de cette année est exactement comme vous l’imaginez : magnifique. Il s’agit d’un nouvel écran OLED, que Samsung a appelé Dynamic AMOLED, avec résolution QHD+ et prise en charge de HDR10+. Ce dernier est un standard en concurrence claire avec Dolby Vision (technologie HDR également supportée par les derniers iPhones) et fournit des métadonnées supplémentaires pour les films et programmes TV qui le supportent, optimisant le contraste et la couleur dans chaque type de scène.

Samsung dit également que son écran peut atteindre jusqu’à 1200 nits de luminosité, ce qui le rend idéal à la fois pour le contenu HDR et pour une utilisation en extérieur en plein soleil direct. Bien sûr, le pic de 1200 lentes n’est atteint qu’en conditions d’ensoleillement direct extrême et il est absolument impossible d’augmenter la luminosité à ce point manuellement. L’écran a alors été conçu pour être plus “convivial” aux yeux des utilisateurs et devrait émettre moins de lumière bleue qu’auparavant.

Ce capteur ne s’entend pas avec moi.

L’une des nouveautés de cette année est sans aucun doute le capteur d’empreintes digitales à ultrasons installé sous l’écran, qui a la difficile tâche de remplacer le lecteur de dos traditionnel qui, pour être honnête, n’a jamais brillé face à la concurrence. Au cours des trois dernières années, Samsung n’a reçu que des critiques de ce point de vue : d’abord la mauvaise position, puis trop de lenteur, ce sera bien en 2019 ?

Sur le papier, il n’y a aucun doute : le capteur à ultrasons de dernière génération devrait assurer une réponse plus rapide, il n’aurait pas besoin d’avoir l’écran allumé pour fonctionner et, en outre, il serait capable de lire les empreintes digitales de l’utilisateur même sous l’eau. En bref, en comparaison avec les capteurs optiques d’autres appareils, comme le OnePlus 6T, par exemple, il n’y a pas de comparaison. Mais après cette brève introduction théorique, passons à la pratique……

Après un processus de configuration légèrement plus long que les capteurs traditionnels (maximum une minute et demie), le capteur Galaxy S10+ a très bien fonctionné lors des premiers tests, mais n’a pas réussi à me convaincre dans mon utilisation quotidienne car il a échoué trop souvent. J’ai essayé de tout reconfigurer plusieurs fois, mais je peux vous assurer que le résultat est toujours le même. Au cours des derniers jours, Samsung a envoyé une mise à jour logicielle majeure qui a mentionné la correction des problèmes liés au capteur d’empreintes digitales, mais malgré cela, je trouve toujours lent et imprécis.

Je sais, cette histoire de capteur d’empreintes digitales semble être une lutte personnelle et tout cela est probablement dû au fait que mes attentes étaient plus élevées. Cependant, d’autres collègues d’autres blogues connaissent le même genre de problème, alors je suis sûr de ce dont je parle. Inversement, les collègues américains ne semblent pas souffrir de cette anomalie, probablement grâce à la présence du Snapdragon 855 (rappelons que le capteur d’empreintes digitales du S10 est une technologie Qualcomm). Bien sûr, ce n’est qu’une supposition, ne le prenez pas pour acquis.

Mais en même temps, ne désespérons pas ! Nous venons d’arriver en mars et, si tout va bien, avec les correctifs de sécurité suivants, Samsung pourrait améliorer cet aspect. Au fond de moi, j’espère changer d’avis avec la prochaine mise à jour du logiciel. La conséquence de ce problème a été l’activation immédiate du deuxième (et dernier) système biométrique, le déverrouillage facial 2D. Oui, vous l’avez bien lu, il est toujours en 2D, mais malgré cela, reconnaissez mon visage immédiatement et je n’ai plus à me fâcher pour déverrouiller l’écran.

Et le scanner d’iris ? À plus tard ! Contrairement à la génération précédente, le Galaxy S10 n’a pas ce capteur parce qu’il n’y a pas assez de place pour l’installer. On ne sait pas si c’est la raison exacte, mais il est probable que personne ne l’a utilisé. Ou l’avez-vous fait ? Si oui, faites-le moi savoir dans les commentaires.

Une seule assurance-chômage : je ne voulais rien d’autre

En ce qui concerne le logiciel embarqué, nous avons suivi pratiquement tous les aspects de l’interface One UI basée sur Android Pie, participant au canal Beta sur notre Galaxy S9 et Note 9. les appareils de cette année sont les premiers à sortir de la boîte avec la nouvelle interface graphique et il y a peu à dire : j’adore ça, surtout parce que Samsung a utilisé de nombreux éléments rappelant le stock Android et le Material Design Google.

Les nouvelles icônes ont suscité une certaine controverse. Honnêtement, je pense qu’ils sont beaucoup plus beaux que la version précédente, mais c’est toujours une question de goût. En dehors de cela, les nouvelles implémentations au niveau logiciel se réfèrent principalement à certaines fonctionnalités que les fans ont revendiquées à maintes reprises, telles qu’un double clic pour allumer l’écran ou un système gestuel en mode noir qui peut remplacer la barre de navigation.

Le menu déroulant de notification est l’un des éléments les plus remaniés. Avec un premier défilement de haut en bas, vous pouvez lire les notifications et une seule rangée de raccourcis, tandis qu’un deuxième défilement étend l’écran entier en amenant ces raccourcis au bas de l’écran. De cette façon, vous pouvez atteindre confortablement l’appareil d’une seule main. Même l’écran des applications récentes a été complètement redessiné en utilisant la solution native d’Android Pie.

Bixby, bien qu’étant le même assistant que d’habitude, a été mis à jour et maintenant, en plus de savoir parler espagnol, il offre la possibilité de retaper son bouton dédié. Dans la configuration, vous pouvez choisir l’application que vous voulez ouvrir en appuyant une ou deux fois sur le bouton. Bien sûr, vous ne pouvez pas désactiver complètement l’assistant, car il sera toujours activé si vous appuyez sur le bouton pendant une longue période.

AKG a fait son travail

En ce qui concerne l’audio, Samsung s’est appuyé sur des experts en la matière tels que AKG. Le Galaxy S10+ dispose d’un système d’enceintes stéréo composé d’un haut-parleur principal et d’un casque caché entre le cadre supérieur et l’écran.

En termes de puissance et de qualité sonore, je peux dire la même chose : excellent. Grâce aux techniciens d’AKG, Samsung a été en mesure d’améliorer encore l’expérience sonore, assurant un son propre même à un volume maximum. Le niveau de volume est très bon, parmi les meilleurs de la catégorie et je n’ai pas manqué la technologie BoomBox de LG, même les plus exigeants auront du mal à trouver quoi que ce soit qui cloche avec la sortie audio du Galaxy S10+.

Un grand angle qui satisfait tout le monde

Cette année, Samsung a considérablement amélioré ses modèles Galaxy S10 et S10+ avec trois caméras arrière. Les deux premiers capteurs (capteur principal + téléobjectif) sont bien connus, mais l’ultra grand angle 16MP capable d’offrir un champ de vision de 123 degrés est désormais ajouté à la liste. Ce capteur n’est pas optiquement stabilisé, mais ne vous inquiétez pas, il donne des résultats incroyables.

Les deux autres caméras sont pratiquement les mêmes que la S9+ et la Note 9 : le module principal utilise un capteur double pixel de 12 Mpx (1,4 microns, autofocus et ouverture variable) avec stabilisation optique, tandis que le zoom téléobjectif 2x contient un capteur stabilisé avec fonction autofocus. Le vrai travail en termes de qualité photographique est fait par le logiciel, Samsung a élargi la gamme de scènes que son optimiseur de scènes est capable de reconnaître, atteignant un total de 30. en examinant les paramètres, vous pouvez également trouver le mode Night Sight qui a été beaucoup parlé, qui devrait améliorer les performances entièrement automatiquement dans des conditions de faible éclairage. Si vous pensiez également que Samsung implémenterait une fonctionnalité similaire à celle de Google ou Night Sight Sight de Huawei, vous avez tort.

Une toute nouvelle fonctionnalité est l’outil de suggestion de prise de vue, qui vous permet d’analyser la scène, suggérant le cadrage et l’alignement corrects. Utile, mais parfois trop intrusif et incapable de comprendre ce que l’on veut vraiment photographier. Bien essayé, mais on peut l’améliorer.

Sur la face avant, le Galaxy S10+ dispose de deux caméras, l’une dédiée à l’enregistrement et l’autre réservée à la détection de profondeur de champ, vous permettant ainsi de créer des effets bokeh très spéciaux.

Oubliez votre batterie externe

Aussi spectaculaires que soient les caméras et l’écran, cette année, il y a enfin quelque chose de nouveau à ajouter à la liste des bonnes choses de la ligne Galaxy : l’autonomie de la batterie > Enfin, (je le répète) enfin, je n’ai plus à me soucier d’avoir une batterie ou un chargeur externe toujours à portée de main.

Cinq heures d’affichage actif sur chaque charge, atteignant six heures lorsque le mode nuit est activé. Ce n’est pas seulement la batterie 4100 mAh qui donne à ce smartphone une durée de vie fantastique, mais aussi le nouveau SoC, le support AI et l’optimisation logicielle qui semble enfin être une réalité. Samsung affirme que son autonomie atteint plus de 24 heures, bien que cela dépende de la façon dont vous utilisez votre smartphone. Grâce à Digital Wellbeing, je peux vous dire que j’ouvre mon smartphone au moins 150 fois par jour et que je reçois environ 1200 notifications, notamment sur les différents services de messagerie (Messenger, WhatsApp et Telegram), mais aussi sur les e-mails que je reçois continuellement dans mes 5 comptes Gmail toujours synchronisés.

Quand je rentre à la maison le soir, je regarde des vidéos sur YouTube pendant que je me détends sur le canapé, ou je défie un adversaire en ligne avec Dragon Ball Legends. La batterie se recharge à l’heure tous les matins juste après la première heure de travail. La morale de l’histoire : le Galaxy S10+ est capable de gérer l’utilisation que je viens de décrire, garantissant un minimum de 24 heures d’autonomie totale, un résultat que je n’aurais jamais pu atteindre avec l’appareil de l’année dernière.

Ai-je trouvé un aspect négatif à tout cela ? Samsung aurait pu améliorer la durée de vie de la batterie, mais a oublié de faire de même pour sa technologie de charge rapide, qui supporte une fois de plus jusqu’à 18W de puissance. Sammy, on est en 2019, tu sais ça ?

La seule charge améliorée est sans fil, que Samsung appelle Fast Wireless Charging 2.0. Pour profiter de cette nouvelle technologie, vous aurez besoin d’un chargeur sans fil compatible avec cette technologie, tel que le Wireless Charger Duo, présenté par l’entreprise lors de l’événement Unpacked et maintenant disponible à l’achat sur le site officiel du fabricant pour 99 euros, sucez-le, Apple !

En réponse à Huawei, Samsung a également donné à la nouvelle famille Galaxy s10 la possibilité de charger d’autres appareils par le biais de la recharge sans fil inversée, appelant cette fonctionnalité Wireless PowerShare. C’est certainement une caractéristique que nous verrons beaucoup plus souvent tout au long de l’année, étant particulièrement utile dans le cas où vous voulez recharger des accessoires tels que les casques Bluetooth.

Est-ce que ça vaut le coup d’acheter ?

Si la Galaxy S9+ ressemblait plus à une S8+ avec une caméra supplémentaire, on ne peut pas dire la même chose cette année : la Galaxy S10+ possède une caméra de plus que la génération précédente, c’est vrai, mais les améliorations dans tous les aspects (tant matériels que logiciels) sont indéniables.

Si vous possédez une S8 ou une S9, la différence est minime. Après avoir testé chacun des appareils de cette série, je peux absolument dire que le saut générationnel est appréciable. Le Galaxy S10+ est mon nouvel appareil principal, essayez de me l’enlever des mains !

> >